Accueil ::> Informations ::> Sur les traces des soldats du 104e RI en 1917

Sur les traces des soldats du 104e RI en 1917

mardi 14 février 2017, par Administrateur.

Un projet labellisé Centenaire 14-18

« Le projet que nous menons depuis 2014, labellisé « Centenaire de la Première Guerre mondiale », amène chaque année nos élèves de Première à découvrir les lieux de mémoire liés à la Grande Guerre, à percevoir les conditions de vie des combattants et des civils. A partir d’exemples précis, ils prennent conscience de la dimension culturelle de la Première Guerre mondiale. Cette année, grâce au soutien de l’Etat, de la Région, de l’ONAC, du Souvenir Français et de la fédération Maginot les élèves ont pu découvrir les lignes de front des batailles de Verdun et de la Somme et leurs principaux lieux de mémoire. » expliquent Mme Boscher et M Rondeau, professeurs de Lettres et d’Histoire Géographie. « Comme chaque année, nous sommes accompagnés par M Duprez, lieutenant-colonel en retraite et Délégué Départemental du Souvenir Français et par le DMD de l’Orne, le lieutenant-colonel Thieulart. Tous deux contribuent activement à la réussite de ce voyage en apportant de nombreuses explications et en s’impliquant complètement dans les visites. Nous les en remercions. »

Devant le fort de Vaux

La découverte des lieux et de la brutalisation du conflit

Fatigués mais enchantés par leur voyage pédagogique les élèves de 1èreES du lycée Mézeray et leurs professeurs n’ont pas vu les trois jours passer. « Après avoir fait en classe des recherches sur ces soldats du 104e RI  » déclare Paul, « c’était vraiment impressionnant de découvrir les lieux où ils se sont battus, où certains sont morts. » « Pendant ces trois jours, quand on a découvert les sites, les conditions terribles dans lesquelles ont vécu les soldats, la brutalité des combats, on a mis du concret sur nos recherches et nos lectures  » dit Clara. « Pendant les trois jours passés aux alentours de Verdun puis de Péronne, les recherches faites au lycée ont pris sens, l’histoire et la littérature ont pris chair  » explique M. Corno, professeur de Lettres. «  Emprunter les rues du village détruit de Fleury, voir tous ces trous d’obus ; découvrir les forts de Vaux et de Douaumont, le bois des Caure et le PC du colonel Driant ; faire à pied les deux kilomètres pour comprendre ce que fut la bataille du haut du plateau de Vacherauville ; découvrir la taille immense de la mine de la Boisselle, ou marcher dans les boyaux et les tranchées, c’est inoubliable  » ajoute Clémence.« La glaise collée à nos chaussures, les lieux en vrai, les restes d’éclats d’obus dans le sol, ça marque, ajoute Théo. Dans les livres, ce n’est pas pareil. »

Le groupe devant le PC du colonel Driant dans le bois des Caures
Guidés par le lieutenant-colonel Duprez sur le fort de Douaumont
Dans le fort de Vaux

Des temps officiels

Une commémoration a été organisée à Vacherauville, par le lieutenant-colonel Duprez au nom du Souvenir Français et en lien avec Mme Gaillard, maire-adjointe de Vacherauville devant le monument aux morts de la commune. LéniFlouvat a lu l’hommage qu’il avait préparé pour le sous-lieutenant du 104e RI, Léon Lhottelier, mort lors d’une reconnaissance, à la tête de sa section, dans les lignes ennemies dans la nuit du 6 au 7 août 1917. Mme Gaillard a ensuite ajouté le ruban « Vacherauville, 1917 » au drapeau du Souvenir Français de l’Orne porté par Ulrich Piatkowski et deux élèves ont accompagné Mme Gaillard pour déposer une gerbe au nom du lycée Mézeray. « Rendre un hommage à Léon Lhottelier, rappeler sa vie ici où il est mort, déposer une gerbe au nom du lycée devant ce monument, nous a permis de commémorer à travers ce jeune ornais tous les soldats du 104e RI tués à l’ennemi  » complète Romane.

LéniFlouvat lit l’hommage au sous-lieutenant du 104e RI, Léon Lhottelier

Le DMD de l’Orne a souhaité clore ce temps officiel en remettant à deux des professeurs, Isabelle Boscher (Lettres) et Yann Rondeau (Histoire-Géographie) leur insigne de Commandant de Réserve Citoyenne. Il a expliqué que leur travail d’éducation à la citoyenneté et à la mémoire conduit depuis de nombreuses années avec leurs lycéens leur valait d’être élevé à ce grade honorifique et que c’est au cœur d’un voyage de mémoire, entourés de leurs élèves, que cette remise d’insigne prenait tout son sens.

Le lieutenant-colonel Thieulart remet l’insigne de Commandant de Réserve Citoyenne à Isabelle Boscher et Yann Rondeau

Des lieux de mémoire et des visites chargés de sens

Des lieux de mémoire nombreux ont ponctué le voyage et ont rappelé la dimension mondiale du conflit. «  Tous ces noms de britanniques gravés sur les piliers du monument de Thiepval, toutes ces plaques, ces croix, et ces ossements à Douaumont ! On a beau savoir que cette guerre fut une des plus meurtrières pour la France, on n’imagine pas ça. » dit Jean.

Devant le monument de Thiepval

Nécropole et ossuaire de Douaumont

« J’ai vraiment apprécié de visiter le Mémorial de Fleury et l’Historial de Péronne. Alterner les explications et les objets et les peintures présentés dans les musées avec les visites des sites extérieurs, des lignes de front, ça permet de mieux comprendre  » dit Lilian.

Un petit plus sur le trajet : Valmy

Le trajet entre Verdun et Péronne les faisant passer à proximité de Valmy, les professeurs ont proposé aux élèves un petit écart historique en prenant le temps de découvrir le site de la bataille de Valmy, d’en rappeler les enjeux pour la création de la République. C’est avec intérêt que tous ont bravé le froid.

Devant le monument en mémoire de la bataille de Valmy et de la naissance de la République Française le 20 septembre 1792

Moulin de Valmy

« C’est un voyage qui nourrit le travail conduit pendant toute l’année  » explique M Beuchet, professeur d’Histoire-Géographie. « Après les recherches effectuées en amont la découverte des lieux leur permet de mieux comprendre, de contextualiser, avant d’aller vers des productions écrites et audio-visuelles qui seront présentées en fin d’année au lycée  » termine Isabelle Boscher.

Portfolio