Accueil ::> Informations ::> 5 élèves de 2de4 au Festival international du film d’éducation à (...)

5 élèves de 2de4 au Festival international du film d’éducation à Evreux

vendredi 15 décembre 2017, par Administrateur.

Du mercredi 6 décembre au vendredi 8 décembre 2017, 5 élèves de la classe de 2de4 sont allés à Évreux pour participer, dans le cadre du Festival International du Film d’Éducation, à un ATELIER JEUNES CRITIQUES.

Au programme : les élèves ont pu apprécier 6 films de fiction ou documentaires, et plus précisément 2 longs-métrages de fiction :

Heartstone de Guðmundur Amar Guðmundsson, réalisateur islandais, The Florida Project, fiction américaine de Sean Baker et Listen to the Silence, un documentaire géorgien de Mariam Chachia. À ces films, ajoutons 3 courts ou moyens métrages : Estribillo de l’Espagnol César Tormo, A Bastard Child de l’Islandais Knutte Wester et Blind Sex de la Française Sarah Satamaria-Mertens.

Les autres objectifs de ces 3 journées denses étaient de prendre du recul sur les films vus, les analyser et surtout écrire des critiques.
Les élèves, accompagnés de leur professeur de français, Mme Ferrière, ont pu par ailleurs rencontrer la productrice de Heartstone, un critique de films documentaires, Jean-Paul Carrier et deux réalisateurs : Sarah Santamaria-Mertens et Knutte Wester.

Mais laissons les principaux intéressés nous raconter ces trois jours :

« Le mercredi 6 décembre 2017, nous sommes partis au Festival international du film d’éducation à Evreux. Durant ces trois jours bien chargés, nous avons vu, en avant-première, différents films et écrit plusieurs critiques.
Après être arrivés, nous avons commencé à faire diverses activités de connaissance avec les autres lycéens avec lesquels nous allions travailler pendant ce festival, nous avons commencé aussi à réfléchir à ce qu’est une critique de film ; un critique de films documentaires Jean-Pierre Carrier était présent. Pour clôre cette première journée, nous avons vu le film Heartstone, un film islandais réalisé par Guðmundur Arnar Guðmundsson qui aborde avec délicatesse la question de l’identité sexuelle à l’adolescence.
Le lendemain matin, nous avons pu poser plusieurs questions à la distributrice du film, cette rencontre a été très intéressante car elle nous a apporté des éclairages sur Heartstone mais aussi sur son parcours et son métier. Ensuite nous sommes retournés au cinéma Pathé pour voir deux courts-métrages très différents l’un de l’autre, tout d’abord Blind Sex de Sarah Santamaria-Mertens, un film de fiction de 31 minutes racontant l’histoire d’une aveugle dans un camp de naturistes. Suivi de A Bastard Child un moyen-métrage de 58 minutes, sorti en 2017, de Knutte Wester. Ce dernier y raconte l’histoire de sa grand-mère, née en 1909, en Suède, de père inconnu et, pour cette unique raison, rejetée de tous. Les images d’archives entremêlées avec les très beaux dessins à l’aquarelle rendaient compte avec sensibilté de cette histoire bien triste. En effet, le premier court-métrage fut très drôle alors que le second était plus sombre A la fin de ces deux court et moyen-métrages, nous avons eu la chance de rencontrer la réalisatrice et le réalisateur de ces deux films qui ont pu répondre à nos questions.
Après avoir déjeuné, nous avons pu écrire notre première critique sur le long-métrage Heartstone avec l’aide des animateurs de l’atelier, nous en sommes très fiers mais aussi heureux. Pour clôturer notre journée, nous avons vu l’excellent film The Florida Project de Sean.S Beaker qui raconte la vie de jeunes enfants, et surtout de Moonee, 6 ans, grandissant dans un motel de la banlieue du parc Disneyworld. Le réalisateur a su manier humour et couleurs sur un thème plutôt triste et sombre : les laissés-pour-compte de l’Amérique de Trump.
Vendredi matin, pour terminer notre séjour, nous avons fait quelques jeux pour exprimer notre avis sur les différents films que nous avons vus. Puis, en début d’après-midi, nous avons regardé un documentaire géorgien plutôt exigeant : Listen to the Silence de Mariam Chachia, l’histoire est celle de Luka un enfant sourd qui rêve de faire de la danse traditionnelle.
Ces trois jours ont été très intéressants, nous avons appris à écrire une critique et à développer notre esprit critique. Pour la plupart d’entre nous, tous les films ont été très agréables à regarder et à étudier, même si certains étaient d’accès un peu plus difficiles. »

Vous pourrez en savoir plus sur notre séjour et lire nos critiques sur le site :
http://blog.festivalfilmeduc.net/

Onglet : « Articles de nos reporters » puis « Jeunes critiques »

Article de Marius Blais, Maëlys Loisel, Chaïma Mejjou, Anaïs Preudhomme et Mathys Rault.

Portfolio